Editorial du Pasteur Emmanuel Argaud dans le Ralliement n°52
"Soyez joyeux dans l’espérance, patients dans l’accablement, persévérants dans la prière." (Rm 12,12)
Ce mode d’emploi du disciple fidèle, fervent et résolument heureux me paraît être à la fois un antidote parfait aux temps difficiles que notre monde actuel, et nous-mêmes parfois, traversons, tout en permettant de veiller avec sérénité, en attendant des jours meilleurs, fermement enracinés dans l’assurance que notre Sauveur et maître Jésus-Christ revient encore et toujours stimuler notre sagesse et bousculer notre passivité.
Oui, le monde va mal ; oui, nous sommes souvent horrifiés par ce que nous voyons, vivons et ressentons, en nous confrontant aux réalités de ce monde déboussolé… mais c’est le nôtre, nous n’en avons pas d’autre et nous l’aimons furieusement au fond ! Comme l’optimisme est de volonté, nous devons donc nous relever de tous nos accablements, affrontant pas à pas les épreuves de la vie, en souriant pour deux raisons au moins !
Tout d’abord, parce que c’est plus sympathique et contagieux vis-à-vis de nos semblables, et puis aussi, car nous avons cette certitude chevillée à notre coeur de croyant : « Ésaïe dit aussi : Il sortira d’Isaï un rejeton, qui se lèvera pour régner sur les nations ; les nations espéreront en lui. Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint Esprit ! » (Rm 15,12-13) Cela ne peut que nous mettre en joie, ne croyez-vous pas ?
Le temps de l’Avent est là, source d’espérance pour nous : la veille patiente et vigilante sera récompensée par la joie et la paix, issues de la fête de Noël autour de ce rejeton d’Isaï qui vient en la personne de cet enfant Jésus ; que l’Épiphanie reconnaît comme l’humble gloire de Dieu révélée aux êtres humains. Nous sommes comblés de félicité et d’assurance que rien n’est plus pareil avec cet avènement : justice et paix auront toujours le dernier mot, car Dieu est bien là, même balbutiant sous l’apparence d’un enfant, certes fragile et naïf, mais perpétuelle incarnation d’un devenir, d’une espérance, comme nous l’avons tous été nous-mêmes !
Alors que nous manque-t-il pour nous mettre en marche et changer positivement le monde, notre monde autour de nous, remplis de cette ferme et joyeuse espérance ? Rien…
Si, en fait, une chose : ne jamais oublier de remercier pour cette bénédiction de Dieu qui nous inonde et nous renouvelle par son Esprit saint, niché au creux de notre foi. Alors prions sans relâche, persévérants, c’est-à-dire, selon le mot grec employé par l’apôtre Paul, « restons fermement et fidèlement attachés à » la prière de bénédiction de notre Père éternel pour sa grâce immense et indéfectible ! Et ceci, nous pouvons, sans faillir, le faire tout en oeuvrant dans le monde à plus de joie et de paix, car la volonté de Dieu n’attend pas !
Maintenant, « debout ! Comme l’arbre sous la voûte des cieux, verdoyant au temps de sécheresse, plein de sève et portant fruits, heureux au milieu des oiseaux qui dans ses branches ont fait leur nid », semons de bonnes graines venant du coeur…
Emmanuel Argaud, pasteur de la paroisse


Prière d'intercession pour le monde, inspirée d'une prière proposée par l’Eglise protestante unie de France
À Dieu monte les cris de celles et ceux qui pleurent un être aimé, qui cherchent un proche.
À Dieu monte la révolte devant la barbarie et l’inhumanité, au Moyen Orient et dans tous les lieux de guerre du monde.
À Dieu monte la colère devant l’humiliation et le refus des droits des humains.
À Dieu monte le désespoir devant la course devant l’abîme, l’embrasement des conflits, la contagion de la haine.
Dieu, Père éternel,
Entends ces cris, ces pleurs, ces sentiments mêlés, ces élans contraires. Vers toi, Père éternel, nous nous tournons : tu sais le sentiment d’impuissance qui nous écrase, le sournois désir de vengeance qui rôde, le poison de la violence qui contamine.
Père éternel, nous déposons tout cela devant toi. Ouvre, à travers l’horreur, le chemin de vie et de la justice, de la réconciliation et de la paix.
Raffermis et encourage les artisans de paix, de dialogue et de modération.
Permets que les colombes échappent aux faucons. Toi qui, en Jésus le Christ, a ouvert le chemin de la vie à travers la mort, ouvre aujourd’hui un chemin de vie pour tous les habitants d’Israël et de Palestine, les juifs, les musulmans, les athées, les chrétiens.
Fais-en de même dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie, et pose ton regard d’amour sur tous les lieux de guerre et d’oppression.
Fais-de nous des ouvriers de paix, aussi faibles et impuissants que nous sommes. Montre-nous les gestes et les actes à mettre en œuvre aujourd’hui, là où nous sommes, pour construire une paix dans la justice.
Dieu, Père éternel, nous remettons à ta compassion celles et ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur esprit.
Nous remettons à ton amour nos proches et nos amis, tous nos semblables que nous croisons sur nos pas. Accorde-nous de savoir nous tenir près d’eux.
Dieu, Père éternel, garde-nous près de toi, et fais de nous des porteurs de ta Bonne Nouvelle.
Reçois notre prière, par Jésus-Christ, notre Sauveur. Tu es béni pour les siècles des siècles.