Et si vous faisiez comme Dieu, en devenant plus humain ? La Bible nous invite à assumer sobrement notre existence sur cette terre pour s’y laisser trouver par Dieu.

Ainsi, connaître Dieu selon la Bible, c’est se résoudre à cesser de chercher un dieu fini que nous aurions au préalable défini.

Le Dieu de la Bible est un Dieu en mouvement, un Dieu « en devenir ». Il nous rejoint et vient nous trouver malgré nous, outre nos recherches et notre conviction, outre notre refus ou notre besoin de religion. Le christianisme a difficilement renoncé à l’idée d’un « Dieu froidement divin », garanti par un système de croyances « parfaites ».

Fut un temps où la théologie chrétienne avait réponse à tout. Il est heureux que la théologie soit revenue à plus de modestie biblique en témoignant d’une histoire, celle d’un Dieu qui se fait humain.

C’est par la connaissance de ce Dieu à visage humain qui vient nous trouver, que la recherche de Dieu prend son véritable sens.

Nous pouvons enfin nous sentir libres de toutes obligations d’assurer le bonheur de l’humanité entière, libérés d’aboutir par nous-mêmes à une vie réussie, une « vie divine ».

Avec Dieu, la vocation humaine ne se trouve pas dans la réalisation complète de nos projets, mais paradoxalement dans un monde inachevé et provisoire.

Pensez-y : c’est bel et bien le travail inachevé, qui rend l’œuvre d’un artiste vibrante et fascinante...

Et c’est là certainement le premier enseignement d’une rencontre avec ce Dieu à visage humain : nous sommes libérés de ce poids à vouloir atteindre la perfection. Dieu nous autorise, mieux, il nous permet d’apprendre à vivre avec l’inaccompli, le non-parfait, le flou dans notre vie. Et c’est heureux, car dès lors, l’avenir n’est plus jamais fermé, grâce à Dieu.

Je me réjouis de vous retrouver, dès le mois de septembre, autour de nos activités qui contribueront aussi, j’en suis certain, à vous mettre en mouvement, pour sentir que vous devenez un peu plus humain tous les jours !

Pasteur Stéphane Hervé.           
(extrait du Ralliement 22 de juillet-août 2018)