La paix soit avec vous !

Le soir de ce même jour qui était le premier de la semaine, alors que, par crainte des autorités juives, les portes de la maison où se trouvaient les disciples étaient verrouillées, Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit : « La paix soit avec vous ». Tout en parlant, il leur montra ses mains et son côté. En voyant le Seigneur, les disciples furent tout à la joie.  Alors, à nouveau, Jésus leur dit : « La paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie ». (Jean 20, 19-21)

Une bien étrange attitude que celle des disciples. Ils sont littéralement emmurés. Mais à bien y réfléchir, dans nos comportements quotidiens, nous aussi sommes tentés parfois de nous cacher derrière certains murs, parce que nous nous sentons menacés par quelque chose.

Peur de dévoiler sa véritable nature, alors on s’isole. Peur de reconnaître que l’on n’a guère avancé dans la foi, alors on ne partage plus des choses de la foi, peur devant l’inconnu de l’aventure de la foi, alors on se cache derrière un mur de traditions, même religieuses, parce qu’on a peur de suivre Jésus sans compromis, peur que cela nous coûte trop.

Il y a des tas de murs possibles et imaginables. Il a y aussi les murs du légalisme. Ceux-ci sont bien rassurants. Je me dis qu’en observant certaines pratiques et certaines attitudes, je suis un bon chrétien. Il y a aussi le mur de l’indifférence, une certaine fierté que l’on cache dans un peu de nonchalance.

Oui, il y a beaucoup de murs possibles, mais justement, Jésus traverse tous ces murs pour venir jusqu'à moi, il n’y a pas de murs trop épais pour lui.

Il n'y a plus de mur, de séparation, le rideau qui cachait le lieu très saint dans le temple s'est déchiré au moment où Jésus rendit son dernier souffle. Nous pouvons retourner vers Dieu, recréer cette relation trop souvent cassée. Mais à bien y regarder, Pâques, c’est Jésus qui vient à moi alors que je m’en croyais indigne. C’est Jésus qui me visite parfois même sans que je ne l’aie invité. Le miracle de Pâques, c’est Jésus qui intervient parfois en premier, même sans que je ne l’aie appelé.

Jésus qui vient nous offrir son shalom, sa paix. Avoir la paix, avec Dieu, son prochain et soi-même, c’est un privilège, c’est ce que nous souhaitons tous. Cette Paix, Jésus nous la donne, une paix complète, totale, qui dure, et il nous l’offre gratuitement.

La paix soit avec vous.

Pasteur Stéphane Hervé.           
(extrait du Ralliement 20 de mars-avril 2018)